opções binárias olymp trade Como surge o crédito tributário Como é calculado o PNB Plataforma de automatização de investimentos: entenda como funciona Garantia da Qualidade O que é a análise fundamental e como utilizá-la QUAIS SÃO AS MELHORES ALTERNATIVAS ENTÃO? Estratégia de negociação «Nosedive» – requisitos técnicos Conceito de Contabilidade Financeira Keidanren Os estragos (até agora) do coronavírus em números [Resumo semanal 17/04] O que é budget? O que é macroeconomia? O que é Ponto de Equilíbrio Financeiro? Canais de Atendimento Vantagens da ação monitória Exemplo de uso do budget e forecast Princípio operacional da estratégia Tendências na Análise Técnica O que é o Just in Time (JIT)? Como funciona a segmentação Câmbio Flutuante O que acontece quando um cheque está sem fundos opções binárias dicas Conheça os 10 melhores aplicativos financeiros de 2021 Lançamento de Opções Sistema de negociação «Engraving» – configuração da área operacional Matriz GUT Bolsa de valores Efeito Fisher calculadora martingale opções binárias HQBroker é Confiável? opções binárias o que é O que é uma Sociedade de Economia Mista? Cálculo do Preço Médio de Ações no Imposto de Renda Tigres Asiáticos qual a diferença entre opções binárias e forex O que é um plano de ação? Como funciona a bitributação melhor broker opções binárias Organização dos Países Exportadores de Petróleo (OPEP) Como a CNAE é estruturada Valores mobiliários Tipos de pessoas jurídicas opções binárias reclame aqui Caixa Econômica Federal Qualidades profissionais e qualidades pessoais Capital Circulante Financeirização Dividendo Cumulativo

Le racisme expliqué autrement

Ce mois-ci nous décidons de présenter le livre de James Baldwin « la prochaine fois le feu » pour faire écho à la condamnation de Dereck Chauvin reconnu coupable de plusieurs chefs d’inculpation le 20 avril dernier à la suite du meurtre de Georges Floyd lors de son arrestation le 25 mai 2020. Mais aussi, aux commémorations de l’esclavage et de la traite négrière que marque le mois de mai en France.

Ce livre m’a littéralement bouleversée. Je l’ai lu et relu. J’ai vraiment voulu prendre le temps de le savourer. A vrai dire, je n’ai jamais lu un livre aussi bien écrit et autant instructif faisant, qui plus est, écho à l’actualité du moment dans le monde entier.

J’ai découvert James Baldwin il y a peu de temps. Je n’en avais jamais entendu parler. Je savais pourtant que les questions raciales qu’il abordait aux USA ainsi que les violences policières et sociales à l’égard des populations noires qu’il décrit si bien, m’intéresseraient parce que bien entendu je suis une femme noire dans un pays étranger mais aussi et surtout parce que j’avais besoin, j’ai besoin de saisir les raisons de ce système racial mis en place depuis des siècles. J’ai besoin de comprendre pourquoi tant d’acharnement, de censure, de destruction de vies entières de personnes qui sont de toute façon exclues du système avant même de venir au monde et qui ne demandent qu’à vivre en paix ?

L’ouvrage se décline en deux parties : une dans laquelle Baldwin s’adresse à son neveu, James, à qui il dépeint la brutalité de la société dans laquelle il doit grandir avec des mots tellement bien choisis et qui résonnent si profondément en chacun de nous. Et l’autre, dans laquelle il fait état de son propre parcours et ses propres difficultés en tant qu’homme noir aux USA dans les années 50.

Comme le résume si bien Christiane Taubira dans la préface, ce livre nous est contemporain car il nous instruit de ce que James Baldwin a compris d’essentiel à savoir : “que le corpus de préjugés entretenu par le pouvoir “blanc” n’est ni une œuvre simplement cynique ni une démonstration de force, mais un stratagème aux effets d’asseoir une domination politique et financière conférant légitimité à des règles par lesquelles sont gouvernés ceux qui, en aucune façon, ne sont en situation de participer à l’élaboration de ces règles”.

En réalité, l’intitulé du livre est révélateur du danger qui pèse sur la société américaine et plus globalement, les sociétés profondément inégalitaires et racistes. En effet, pour Baldwin, cette domination raciale est fondée sur un mensonge auquel la majorité des citoyens adhère de bonne foi. L’objectif serait donc de renverser ce mensonge institutionnellement organisé en le remplaçant par des principes et des valeurs plus respectueux de chaque entité humaine. Pourtant, cela reviendrait pour les populations blanches à renoncer à leurs privilèges et leur identité. C’est là un risque qu’ils ne sont pas prêts à courir d’autant que durant des années, il leur a fallu croire qu’ils étaient supérieurs en tout point aux Noirs.

En fait, les Blancs sont dans un conditionnement mental qui les dépasse. Pour Baldwin, ils sont pris au piège dans une histoire qu’ils ne comprennent pas et qui dicte leurs comportements quotidiens. Les Blancs, du fait de cette incompréhension de leur propre réalité sont constamment dans une fuite en avant et refusent d’aborder frontalement les questions qui fâchent. Il n’y a qu’à observer les débats autour des questions raciales et des inégalités à la télévision ou les réactions des autorités politiques lorsqu’il est question de traiter le sujet et de faire face à ce qu’il convient de qualifier de désintégration de la société, de marginalisation ou encore, d’exclusion d’une partie bien spécifique de la population.

D’aucuns diront que ce livre n’est pas objectif parce qu’il est à charge contre une autre partie de la population stigmatisée elle aussi à longueur de temps au sujet de ses soi-disant privilèges. Mais il suffit malgré tout d’ouvrir les yeux et de voir ce qui se passe, de se rendre compte de qui sont les opprimés, et les autres. La vérité est que pour beaucoup d’entre nous, un plan délibéré a été tracé à l’avance afin de nous faire croire que nous, les Noirs, ne sommes rien. Ce complexe d’infériorité avec lequel nous grandissons, ce besoin de ressembler à tout ce qui a été présenté comme la norme (modèle de vie blanc), est ce qui nous détruit de l’intérieur et avec lequel nous avons le plus de mal aujourd’hui. Il suffit pour s’en convaincre de remarquer le mouvement inverse de revendication identitaire des populations noires partout dans le monde.

C’est bien pour ça que lire ce livre est vital. Il s’agit de déconstruire des schémas de pensée intrinsèquement installés dans notre inconscient collectif et de réaliser qu’en fin de compte, toute cette domination ne repose sur rien de réel, rien de censé. Autrement dit, qu’il s’agit d’un ramassis de conneries dont le dessein est le contrôle des populations noires afin d’éviter qu’elles ne s’éveillent et qu’elles ne dépassent les limites de ce qui est et doit demeurer leur périmètre !

La tendance actuelle est que les Noirs revendiquent de plus en plus leur identité partout dans le monde et refusent de se laisser dicter des vérités d’un autre temps. Les Noirs se lèvent pour eux-mêmes et s’organisent. Ils repartent petit à petit aux sources et souhaitent panser les blessures qui leur ont depuis trop longtemps été infligées. En ce mois de mai qui fait écho aux commémorations de l’esclavage, nous devons avoir à l’esprit ce devoir de mémoire non pas seulement pour nous, mais aussi pour nos enfants et les générations futures.

Charlène Ongotha