L’HONORABLE TEKY CHAP 3

Chapitre 3

Le lendemain, vendredi matin, comme à ses habitudes, l’honorable Teky fait toujours plaisir à sa famille avant de tourner un film. Ainsi ce matin, il fait des emplettes pour la maison, pour les enfants et bien-sûr pour madame Teky, la décideuse.

Les hommes comme le citoyen Teky sont justes, ils sont tactiques zé techniques. Le genre d’hommes qui offrent de l’or à leur épouse avant d’offrir du plaqué or à une copine. Le genre qui offre une villa à l’épouse légale avant d’offrir un appartement à la maîtresse. Le genre qui fait rire l’épouse avant de faire sourire la copine. Le camarade Teky est un homme bon, il est juste. Il respecte les formes, il respecte les textes, il respecte la loi, il est député, il vote les lois. Hmmmm que veut dire Teky ?

Alors, aux environsr de 11h, le citoyen Teky arrive au magasin principal de sa femme, celui du Plateau-Rue du Commerce, pour lui faire un dernier câlin avant de prendre la route pour Gôzô. Quand il est là, il demande à son chauffeur de sortir les affaires de sa voiture pour les mettre dans celle de sa femme, ce sont les courses de la maison. Une fois dans le magasin, les vendeuses lui disent que sa femme reçoit quelqu’un dans le bureau. Le député patiente un instant et, à la surprise de tous, le visiteur sort du bureau de Mme Teky, claque bruyamment la porte et crie : « J’en ai marre à la fin ! Ça ne peut pas continuer comme ça ! ». L’honorable Teky est abasourdi. Il demande aux vendeuses qui c’est. Elles lui répondent qu’elles ne le connaissent pas particulièrement, mais qu’il pourrait être un revendeur grossiste mécontent.

Une fois dans le bureau, l’honorable Teky constate que sa femme a le visage en wazio, elle est larmoyante.

-« Que se passe-t-il chérie ? C’est qui ce type qui veut casser la porte là ? Et puis tu pleures ou quoi ? Y a quoi ici ? Demande le Député à sa femme.

La dame prend le temps de contenir et contrôler ses émotions avant de répondre à son mari qui la harcèle de questions pour comprendre ce qui se passe. Elle se ressaisit et dit, d’une voix calme :

-Ce n’est qu’un client en colère. Ce n’est rien !

-Et pourquoi je t’ai trouvé presqu’en larmes ? Tu lui dois de l’argent ? Insiste le Député.

-Pourquoi tu veux que je pleure ? Tu me connais, quand je suis énervée, je suis comme ça. Je vais régler ça. On dit quoi, tu pars à quelle heure ?

-Ok d’accord ! Je m’en vais. Je suis venu te déposer quelques petits trucs pour les enfants et pour toi avant de partir, répond le citoyen Teky, beaucoup plus calme.

-Allons, je vais voir ? Tu as envoyé quoi ? »

Mr et Mme Teky sortent du magasin et vont à la voiture de la décideuse.

Heureuse de tout ce que son mari lui a acheté, la dame embrasse son mari et ils se disent aurevoir.

Le député de la République va maintenant chercher sa nouvelle copine, Dona et ils se mettent en route pour Gôzô. Ils font le plein du réservoir du gros 4×4 à la dernière station en service à Yopougon Gesco. Pour les longues distances, l’honorable Teky est toujours accompagné de son chauffeur. Les amoureux se sont installés à l’arrière de la voiture.

C’est à 16h qu’ils arrivent à Gôzô. La réservation d’hôtel a été faite au Gloria Hôtel, chez le Cibouê.

Les après-midis de weekend ne changent pas à Gôzô. Le long du trajet, en allant à l’hôtel, les terrasses de bar, les maquis et restaurants ont la même affluence. À Gôzô c’est comme ça. C’est toujours joli, c’est toujours spécial, c’est toujours doux. Les copines sont là. Elles vont zé viennent pour le bonheur des visiteurs, des touristes et des gnatas. Les vendeuses de cochons zé poissons braisés s’enfument les unes les autres pour pouvoir répondre à leurs nombreuses commandes. Gagnoa ne peut pas changer. Gôzô ne doit pas changer. Nous l’aimons ainsi. Allons donc là-bas de temps en temps ! Allons à Gagnoa ! Que veut dire la chanson ?

L’honorable Teky et sa chérie ont pris leur quartier à l’hôtel. Après 19h, ils sortent commander à manger, là-bas à Garayo au “ 2 Bôtchô, Demi et Quart “, où on fait la meilleure sauce graine de toute la région du Gôh. C’est là-bas on fait surtout le pangolin braisé sans oublier les gaillards poissons de Guessiyo. Tous les gôzôfiles connaissent ce maquis. On grossit mieux là-bas. L’honorable Teky connaît le coin, c’est un habitué, c’est un gôzôfile.

Après avoir passé leur commande, ils vont faire acte de présence sur les lieux des funérailles et reviennent manger trente minutes plus tard. Leur repas est bien arrosé. L’honorable Teky a choisi un vin bouché, un Merlot, pendant que Dona est au Whisky-Pêche avec beaucoup de glaçons. Ils sont good. Le chauffeur a été largué en konami. Ils dorment dans un anonyme wotro de la ville. Le député et sa dulcinée sont donc en Kpogbo-walisé, ils sont good.

Après le grossissement, c’est à “ la lumière “ qu’ils vont poursuivre la soirée, c’est un Bravo-Charly à quelques encablures de la Préfecture. C’est le lieu où tous les gôzôfiles convergent la nuit. Ambiance de babineries, clientèle plurielle zé cosmopolite. Gôzôfiles zé Gôzôfileuses de tous ordres sont au rendez-vous. Les carnivores zé les chasseurs de primes sont là zaussi. Et c’est tout ça qui rend cette ville magique zé magnifique. Hmmm l’honorable Teky danse un peu contre sa nouvelle copine. Ils sont proches, très proches. Ils se réchauffent ensemble et se rafraîchissent concomitamment. Ils se parlent. Ils chuchotent. Ils roucoulent. Ils se sentent. Ils se respirent. Ils s’attirent et se désirent. Ça commence à prendre. Deux heures plus tard, ils quittent les lieux. Ils ont à faire.

À suivre…

 

Jacques Konan, l’écrivain zouglou

 

 

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.